/*

UN VOLCAN S’OUVRE POUR LAISSER PASSER LA LAVE

Vous êtes ici : Accueil » Géographie et Géologie » UN VOLCAN S’OUVRE POUR LAISSER PASSER LA LAVE
UN VOLCAN S’OUVRE POUR LAISSER PASSER LA LAVE

p20Quand le piton se réveille

le piton de la Fournaise est un volcan actif situé sur l’île de la Réunion, dans l’océan Indien.le volcan se réveille régulièrement à des intervalles de quelques années. Un tel réveil a eu lieu en : événement était attendu par les spécialistes d’imagerie par radar, qui avaient demandé au canadien RADARSAT de prendre régulièrement des images du volcan. C’est ainsi qu’une comparaison interférométrique a pu avoir lieu entre une image de ce satellite prise après l’éruption et la dernière image qui précédait cette dernière. Le résultat de cette comparaison a été superposé, sous la forme de cycLes de couleurs, à l’image « classique » de l’amplitude radar (voir la figure page ci-contre), ce qui permet d’avoir une :ô; autour du volcan. On distingue une vingtaine de ces franges du centre vers la droite de limage. les franges   ne sont pas visibles partout sur l’image. En effet, en dehors du cratère principal, très dénudé, la tropicale change suffisamment entre deux prises de vue pour interdire la comparaison interfère page 88). Même à l’intérieur du cratère, la zone où la lave s’est épanchée n’est pas mesurable par interférométrie, parce que la surface d’avant l’éruption n’est pas comparable à celle d’après l’éruption.

L’éruption du piton de ta Fournaise s’est traduite, entre autres choses, par la sortie de la lave le long d’une rupture linéaire, un phénomène analogue à celui qui a conduit à l’exemple de la page 28. La partie du volcan située vers la droite s’est écartée d’environ 50 centimètres (environ 20 franges), comme cela peut être évalué par la lecture de l’interférogramme. L’angle de prise de vue du satellite radarsat étant assez rasant dans cet exemple, du moins en considération de ce que peut faire un système spatial, les mouvements horizontaux contribuent beaucoup aux changements de distance, et sont donc bien observés. La lave s’est écoulée, à partir de la fissure large de 50 centimètres et longue de plusieurs centaines de mètres, vers la région située en haut de l’image. L’écartement du flanc du volcan a subsisté après la fin de l’éruption. On peut donc penser que chaque éruption de ce type bascule un peu plus le flanc du volcan. Ces basculements successifs peuvent-ils aller jusqu’à faire basculer tout le flanc du volcan comme le ferait un mur qui penche de plus en plus? Le basculement se fait dans

la direction de l’océan Indien, très profond  autour de  l’île de la Réunion, qui a été entièrement construite par  des volcans à partir du fond de l’océan. La forme du cratère géant qui entoure la zone de l’éruption,et qui est ouvert vers la mer, suggère que de tels . catastrophiques se soient produits dans ,e : autre leçon de cette expérience est la conséquence d’un  coup de chance. La dernière image datant d’avant l’éruption  a été prise 30 heures auparavant, c’est-à-dire-juste avant,  compte tenu de ce que le satellite radars ne repasse  que tous les 24 jours au-dessus d’un même site dans les mêmes conditions de prise de vue. La comparaison de  cette image avec d’autres images encore antérieures a montré que le volcan s’était peu ou pas du tout deformé  avant la dernière journée précédant l’éruption .une forte déformation n’est donc pas un signe précurseur  systématique des éruptions. Cependant, comme nous l’avons vu page 56, les volcans peuvent se déformer considérablement sous l’effet des variations  de pression interne, même en dehors des périodes éruptives.

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié