/*

LE CHAMP MAGNETIQUE DE LA CROÛTE TERRESTRE

Vous êtes ici : Accueil » Géographie et Géologie » LE CHAMP MAGNETIQUE DE LA CROÛTE TERRESTRE
LE CHAMP MAGNETIQUE DE LA CROÛTE TERRESTRE

 

S2Les roches sont aimantées

la distribution des anomalies magnétiques de la croûte terrestre, mesurées par le sateB CHAMP lancé en 2000, est représentée sur la carte ci-contre. Le champ magnétique terrestre posedséde deux composantes, le champ principal produit par le noyau liquide composé principale.: le champ superficiel causé par l’aimantation des roches de la croûte. Le champ superficiel est des anomalies s’étendant de plusieurs centaines à quelques milliers de kilomètres : ces anomalies variations d’aimantation des roches de la partie superficielle du manteau terrestre. Les roches riches en minéraux  magnétiques possèdent une aimantation induite par le champ principal. Cette aimantation présente des variations géographiques dues à des hétérogénéités de la composition et de la structure de la croute, appelle anomalies magnétiques. On sait que les sources de ces anomalies sont situées dans les superficielles de la Terre. En effet, à cause de l’augmentation de la température avec la profond de 20°C par kilomètre, la température de la lithosphère atteint, vers 40 kilomètres de profonde* rature de Curie des minéraux magnétiques, température à laquelle les roches se désaimantent A quoi sont dues les variations d’aimantation observées ? Deux causes principales peuvent etre invoquées. La première est liée à des variations de la température de la croûte. Dans les régions plus choudes  l’aimantation des roches diminue ou même devient négligeable. La seconde cause résulte des minéralogiques subies par les roches, en particulier en milieu continental, sous l’effet de variations de pression et de température. Ce phénomène, appelé métamorphisme,résulte en général de déforma échelle de la croûte induites par la formation de chaînes de montagnes ou la fracturation d’~ Ainsi,les anomalies magnétiques superficielles mises en évidence par le satellite CHAMP permettent de  cartographier les variations de température des couches supérieures de la lithosphère, de suivre l’histoire des transformations minéralogiques des roches, souvent liée à l’activité tectonique ancienne ,ou encore d’identifier des anomalies de structure en liaison avec une activité tectonique récente. En milieu océanique,  on associe certaines anomalies négatives (traduisant une absence d’aimantation) à des dorsales l pondant à des flux de chaleur importants. En milieu continental, on observe des anomalies négatives ou -dessus  de certaines chaînes de montagnes. C’est le cas en Asie avec l’Himalaya et le Tibet, où la cou. est amincie par suite d’une élévation delà température. En revanche, les parties stables et anciennes des continents sont toujours associées à des anomalies fortement positives. Dans ces régions, l’absence d’i nique récente et une croûte épaissie peuvent expliquer un excès d’aimantation des roches et, anomalies observées. Des anomalies positives sont enfin observées au niveau des zones de subduction, reflé­tant l’enfoncement d’une plaque froide au sein d’un manteau plus chaud.

Le champ principal, qui représente 99 pour cent du champ total, est induit par les courants électriques qui circulent dans le noyau de la Terre, composé presque essentiellement de fer liquide. On peut l’assimiler au champ d’un dipôle magnétique situé au centre de la Terre et incliné d’environ 11 degrés par rapport à l’axe de rotation de la planète.

Le champ principal évolue lentement sur des échelles de temps de quelques décennies, mais des fluctuations sur des durées plus courtes ont aussi été observées. On pense que ces variations reflètent les mouvements des couches externes du noyau terrestre.

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié